les femmes à la hune aux Voiles

Pure Saint-Tropez Août 2016

Sur l’eau comme à terre, les 4000 équipiers qui se retrouvent à Saint-Tropez chaque année dans la lumière cuivrée du début de l’automne, à bord de plus de 300 des plus beaux bateaux modernes et classiques au monde, ont transformé le rassemblement amical d’origine en un rendez-vous incontournable qui fête ses 35 ans cette année. Pour souffler les bougies, rencontre avec l’une des vaillantes engagées depuis les origines, Caroline Petit, née sous le signe de la voile.

CAROLINE PETIT FIGURE LOCALE

Le claquement des drisses dans les mâtures en bois, le grincement du carbone sous la tension des gréements animaient déjà Caroline dans le liquide amn(i)autique. Dans le golfe tout le monde la connaît côté voiles en tant que membre active et haute en couleur de la Société nautique. « Elle est une figure locale doublée d’une engagée assidue de nos régates. Une navigatrice qui a des valeurs. Ici tout le monde l’apprécie autant qu’elle aime l’ambiance conviviale qui anime les Voiles de Saint-Tropez », souligne le président de la SNST André Beaufils. Chef d’entreprise dans les ressources humaines, celle qui avoue volontiers avoir toujours baigné dans le milieu, fut également durant des années directrice des Jardins du Rayol, ce fabuleux parc naturel et botanique ouvert au public qui surplombe la mer. Cette mer qui l’a toujours appelée… « Enfant, toutes mes vacances, je me souviens les avoir passées sur un bateau basé aux Marines de Cogolin. Ce golfe j’en connais les moindres recoins. C’est comme si j’étais chez moi », raconte Caroline Petit qui n’est jamais redescendue du pont.

PATRICE DE COLMONT SUPPORTER

Dans les années 80, elle s’élance à bord de Baladin, le Melody de papa, comme équipière. C’est la grande époque de la Nioulargue. « J’ai fait mon apprentissage sur le tas en observant énormément les éléments pour voir ce qui se passe sur l’eau. L’avantage c’est que maintenant je n’ai pas besoin d’instruments électroniques. Je marche à l’instinct ! », sourit celle qui cite Vagabond des mers du sud signé Bernard Moitessier comme sa « bible ». Et Patrice de Colmont, le fondateur de cette légendaire Nioulargue, comme son ami. « Il est l’un de mes fidèles supporter ! Nous avons un lien particulier puisqu’il avait privatisé le Domaine du Rayol pour un jeu de piste organisé avec Marinette de Fête la Fête, destiné à son équipe du Club 55. Tout le monde avait beaucoup ri !», se souvient Caroline. A la trentaine, Caroline prend la barre en skippeuse avertie. « Elle aime gagner et s’illustre depuis plusieurs années avec un équipage de femmes chefs d’entreprise du golfe. Elle défend d’ailleurs avec vigueur la place des femmes aux Voiles », note André Beaufils.

ÉQUIPAGE 100% FÉMININ

« Mon premier équipage entièrement féminin remonte à 2008. Comme moi, elles ne peuvent pas se passer de ces courses ! C’est une source d’émotions intenses. Quand ça secoue et que l’on se prend la mer dans la figure… Lorsque ça cogne au moment du départ ou de passer les bouées. Sans parler de la pression au sein de l’équipage, quand les ego se frottent… Et puis, la régate terminée, lorsqu’on jette l’ancre dans la baie des canoubiers pour se baigner. Qu’enfin toutes les tensions se relâchent et qu’on se claque dans les mains hilares… La satisfaction est là. Victoire ou pas ! », énumère Caroline qui, cette année, embarquera avec sept autres filles à bord d’Alibi, le Beneteau First 36.7 ancré à Saint-Tropez qu’elle bichonne.

PEAN, FONTENOY ET LES AUTRES…

Pour elle, c’est certain, Les Voiles de Saint-Tropez n’ont rien de commun avec les autres régates. « Il existe ici un esprit, notamment à terre avec le défilé, le village des Voiles, etc., que je n’ai rencontré nulle part ailleurs. J’apprécie ce bel équilibre entre classiques et modernes dont la présence est dégagée de la visibilité, ailleurs, souvent trop marquée des sponsors. Et puis il y a aussi toutes ces rencontres humaines qui me font avancer. Je pense à Lionel Péan, Maud Fontenoy ou André Beaufils, un président de la Nautique, professionnel, discret et humble », souligne cette chef d’entreprise qui carbure aux embruns pour se ressourcer. Soudain une ombre lui voile le visage. « J’espère juste qu’avec la professionnalisation de la manifestation, cette ambiance joyeuse et enfantine qui a autrefois lancé la Nioulargue, ne se perdra pas », conclut-elle Et de citer une anecdote millésimée. Comme cette fois où, coincée sur la ligne de départ faute de vent pour s’élancer, elle avait vu poindre à l’horizon une nuée de Zodiac du comité d’organisation chargés de glacières…

CHAMPAGNE EN MER !

« Nous attendions depuis des heures. Du coup ils sont venus nous offrir le champagne ! Une façon élégante de nous désaltérer après tout ce temps passé à chahuter entre bateaux en nous arrosant à la pompe de cale !», s’amuse-t-elle. Persuadée que les Voiles de Saint-Tropez, elles, ne connaîtront jamais le coup de pompe, en cultivant à jamais cet esprit léger. S’éloignant définitivement de tout appétit financier. Et procès, pour une appellation qui se doit d’être partagée de tous bords. De tous ports.

In the water and on land, the 4,000 crew members who descend upon Saint-Tropez every year aboard more than 300 of the world’s finest modern and classic boats under the copper autumn sun, have transformed the original small-time meet-up between friends into an unmissable international event, now in its 35th year. To celebrate the anniversary in style, we sat down with one of the most stout-hearted, committed members who has been involved since the very beginning: Caroline Petit, a woman born to sail. In the Gulf everyone knows her on the sailing scene as an active, passionate member of the Sailing Club. “She’s a local figure who is staunchly committed to our regattas. A sailor who has strong values. Everyone here loves her, just as much as she loves the friendly atmosphere that reins at the Voiles de Saint-Tropez regatta”, say André Beaufils, President of the Saint-Tropez Sailing Club. Head of a human resources company, Caroline Petit is quick to explain she has always been part of the sailing community, and for years also worked as the Director of the Jardins du Rayol, a fabulous, natural and botanical public park overlooking the sea. A stretch of water that has always called out to her… In the 1980s – the heyday of the Nioulargue regatta – she started out as a crew member aboard Baladin, her father’s Melody yacht. Patrice de Colmont, the founder of this legendary sailing competition, is a close friend. “He’s one of my biggest supporters! We have a very special connection because he also reserved the Jardins du Rayol for a treasure hunt, organised by Marinette from the Fête la Fête events company and attended by his team from Le Club 55. Everyone had such a great time” she says. Now in her thirties, Caroline Petit is taking the helm as an experienced skipper. “She loves winning, and has really proved herself over the last few years with a crew of women business owners from the Gulf. She defends the status of women at the Voiles regatta”, says André Beaufils. “My first all-women crew was created in 2008”, says Caroline Petit, who this year will be boarding her beloved Alibi, the Beneteau First 36.7 yacht moored in Saint-Tropez, alongside seven other women. There’s no doubt in her mind: the Voiles de Saint-Tropez just can’t be compared to other regattas. “There is a unique atmosphere here, especially on land with the parade and the Village des Voiles. I’ve never seen it anywhere else. There are also so many people to meet who really push you forward, such as Lionel Péan, Maud Fontenoy and André Beaufils, the President of the Sailing Club. He is so professional, discrete and modest”, says the dynamic business owner, who is never happier than when taking in the spray on the open sea.

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Samedi 24 et Dimanche 25 septembre

Accueil et contrôle Lundi 26, Mardi 27 et Mercredi 28 septembre, Parcours côtier, 1er départ 11h Jeudi 29 septembre Journée J. Laurain, Journée des défis Vendredi 30 septembre et Samedi 1er octobre Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION

Dimanche 25 et Lundi 26 septembre Accueil et contrôle Dimanche 25 septembre Arrivée de la Coupe d’Automne du Yacht Club de France en provenance de Cannes Mardi 27 et Mercredi 28 septembre Parcours côtier, 1er départ 12h Jeudi 29 septembre Journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy Vendredi 30 septembre et Samedi 1er octobre Parcours côtier, 1er départ 12h

Le Village des Voiles sera ouvert au public du 24 septembre au 2 octobre de 9h à 21h.

No Comments Yet

Comments are closed