Galerie Paul Janssen : plein cadres sur l’art contemporain

Pure Saint-Tropez Mai 2017

Acteurs avisés du monde de l’art, Sandy et Paul Janssen savent anticiper ses changements et ses mutations, tout en cultivant une érudition qui en font de fins spécialistes des divers mouvements qui ont traversé son histoire. Désormais à la tête de trois galeries entre Saint-Tropez et Grimaud, le couple belge détaille les temps forts de cette nouvelle saison qui s’annonce aussi riche que variée avec ses coups de cœur, ses révélations. Et ses intouchables…

Fernand Léger au pied du clocher

Cette dernière catégorie prospère au n°9 de la place de l’Ormeau, non loin de l’emblématique clocher tropézien. L’espace privilégié où sont exposés les grands maîtres. Parmi eux, Fernand Léger (1881-1955), et une œuvre qui a participé à sa renommée, Le Tournesol (1950).

La célèbre fleur polychrome du moderne épris de nature, ici en version gouache sur papier, côtoie quelques grands noms du mouvement CoBrA. En tête, Jean-Michel Atlan (1913-1960), l’un de ses piliers français.

Génie jusqu’à la folie

L’huile sur jute de 1955 présentée à Saint-Tropez témoigne du talent d’Atlan pour dialoguer avec les arts premiers. Les accords entre la statuaire africaine et ses figures couleur terre cernées de noir, composent une scénographie stylistique immédiatement reconnaissable.

Grand spécialiste de l’artiste, Paul Janssen en est aussi l’un des fervents défenseurs. Intarissable sur le génie autant que sur la vie héroïque du Résistant juif qui, fait prisonnier par les nazis, devra son salut à une simulation de la folie…

Dompter la matière 

Dans un autre style, Quelque part vers les Flandres (1988), l’huile sur toile de Jaques Doucet (1924-1994), représente un beau « clin d’œil-trait d’union » entre les galeristes et leur terre d’adoption varoise.

Seul membre français du mouvement CoBrA avec Atlan, Doucet, qui finira par se détacher de la figuration,  compose de petits formats à la touche large et brusque, aux couleurs contrastées. En se plongeant dans son tableau exposé à Saint-Tropez l’on peut ressentir combien le contact avec la matière est impérieux pour l’artiste jadis proche de Max Jacob.

Réinvention du nu féminin

Autres formats et autre époque,  dans l’écrin noir et blanc de la galerie tropézienne située à un jet d’encre, au n°10 de la place de l’Ormeau. On y retrouve les photographies toute en atmosphères sensuelles de Marc Lagrange. Un défilé de muses que l’Anversois disparu fin 2015 immortalise dans des postures et décors baroques avec son habituelle démesure teintée d’anachronismes.

Beauté vitrifiée

Ils font face aux grands formats postés sur murs mobiles de la nouvelle chouchou des collectionneurs, Isabelle Scheltjens. La trentenaire belge révélée voici deux saisons par la Galerie Paul Janssen jouit désormais d’une renommée exponentielle. Ses tableaux-mosaïques multicolore ont déjà conquis New York, Dubaï, Hong Kong, Singapour, Amsterdam et bientôt l’Afrique du Sud.

L’originalité de son support – de la pâte de verre qu’elle découpe en carrés et dispose sur du plexi pour créer des mosaïques tout en volumes – et sa créativité insolite, se combinent en de savants agencements qui, une fois observées à distance, dessinent des portraits colorés.

L’œuvre, au premier regard abstraite, devient avec l’éloignement quasi-photographique. Un concept baptisé « Distance Creates Beauty » par Isabelle Scheltjens dont les modèles féminins faits de pixels vitrifiés défilent cette saison sous la bannière « Summer Vibes ».

Grimaud dans l’Hyperréalisme

Les autres occasions de vibrer ne manqueront pas  à partir de la mi-mai, période de réouverture de la galerie grimaudoise logée dans le centre ancien, derrière l’église.  Dès l’ouverture, tapis rouge sera déroulé aux nouveaux maîtres du photo-réalisme et de l’hyperréalisme.

En vedette le Londonien Tom Martin, jeune artiste déjà muséal, qui fait courir le marché de l’art international avec ses huiles vernis sur bois ou aluminium représentant  icônes contemporaines délurées et gros billets joliment agencés.

Une œuvre minutieuse qui s’applique à reproduire le réel tout en irradiant d’ondes contestataires à propos de l’influence de l’argent sur nos vies. Une belle exclusivité qui invitera à la réflexion les visiteurs de la Galerie Paul Janssen.

9 & 10 Place de l’Ormeau  – 83990 Saint-Tropez

et 1, Place de L’église – 83310 Grimaud

Tel: +33 6 82 42 88 34 – E-mail: paul@galeriepj.com

 

Art becomes the Star of Saint-Tropez

Saint-Tropez has its very own contemporary art Walk of Fame. Those looking to discover it need only take a walk across the golden parquet flooring of the Galerie des Lices and Bel Air Fine Art. The latter has now moved to what was once the Cinema Star… Heading up the revamped space, François and Grégory Chabanian, have yet again found a showcase worthy of their reputation for their 12th season. 

Spanning more than 4,800 ft. sq. across two floors, the next generation of Bel Air Fine Art has become the perfect playground for artists of the neo-post-pop scene that the Chabanian father-and-son duo have always supported. 

Their visionary mastery is palpable within the space and harmonises with their ambitions, enabling Orlinski to unleash his constantly reinvented bestiary. The same goes for Stefano Bombardieri and his trussed, hanging rhinos… And of course there is photographer Cécile Plaisance’s Barbie Dolls and real models in “dressed/undressed” versions, Cédric Bouteiller’s pop street art creations on aluminium, Zhuang Hong Yi’s optical works on rice paper, and Yoel Benharrouche’s paintings in a blend of happiness and spirituality.

The Galerie des Lices is a stone’s throw away, offering an urban universe through works by Onemizer, who has become one of the leading French figures of street art over the last few years. His pieces are created using industrial materials, as if taken directly from a side street in New York.

Many of his works have already be exhibited all over the world and this up-and-coming figure of the contemporary scene is presented alongside other “soulmate” artists, such as David Kracov, Patrick Rubinstein, Bram Reijnders, Dorit Levinstein and Mr Brainwash. Other leading players showcased at international art fairs have graced the walls of the Galerie des Lices for years.

No Comments Yet

Comments are closed