L’ART CONTEMPORAIN ROI DE LA PARTIE AVEC ALEC MONOPOLY À SAINT-TROPEZ

Mise en page 1

Non contents d’offrir avec Bel-Air Fine Art le plus vaste espace d’art contemporain de la presqu’île, François et Grégory Chabanian étendent cet été leur phalanstère entre happening chic et exposition dans des lieux design en phase avec leurs desseins de passeurs d’art. Leur groupe de galeries multiplie les initiatives pour placer sur le chemin des amateurs et collectionneurs avertis, maîtres à destinée muséale et talents émergents prêts à tracer leur sillon au sein des plus grandes foires internationales.

ALEC MONOPOLY LA BOURSE ET LA (BELLE !) VIE

La ronde débute à Bel-Air Fine Art avec Alec Monopoly livré sur un… plateau. Le célèbre street artist américain qui avance masqué, puise son inspiration dans le côté obscur de la finance en peignant de manière quasi obsessionnelle le Monopoly Man ou Richie Rich. Une façon ludique de dénoncer les dérives de Wall Street. Ironie de l’affaire, ce trentenaire qui vaporise le système avec ses bombes aérosols voit sa cote grimper en flèche et son compte en banque exploser ! Figure de la foire d’art contemporain Art Basel Hong Kong ou du Musée d’Art contemporain de Bangkok, il a également collaboré avec Madonna. Jetez vos dès, Alec Monopoly en personne se déplacera de plusieurs cases jusqu’à la galerie tropézienne pour une soirée organisée fin juillet en partenariat avec TAG Heuer dont est il l’« agitateur ».

NÉO POINTILLISME CULOTTÉ

Dans le même espace, les photomosaïques  culottées de Joël Moens de Hase. A première vue, l’artiste belge offre à voir une silhouette de pin-up légèrement vêtue. Lorsqu’il s’y attarde, l’œil exercé découvre que l’image est constituée de milliers de minuscules vignettes représentant elles-mêmes des donzelles en petites tenues ! De l’art digital alternatif, contemporain du pixel art et du pointillisme. Moens de Hase étonne autant qu’il séduit par sa démarche dont l’esthétisme émoustillant jaillit dans une explosion de couleurs sensuelle. Un hommage à la Femme autant que le reflet de la sur-représentation d’images qui nous entourent au quotidien.

SUMOS À LA SAUCE KUBE

La boucle événementiel du groupe Bel-Air Fine Art est bouclée cette saison avec les sumos monumentaux, lutteurs à carrure de montagne, d’Alexandra Gestin mis en scène hors les murs à l’Hôtel Kube jusqu’en octobre. La qualité de résine quasi pailletée de ses sculptures accroît la force colossale et quasi surnaturelle qui se dégage de leur posture. Postures que cette Bretonne capte non pas pour incarner le célèbre rituel nippon, mais avant tout une émotion, la puissance et la sérénité qui émanent de cette tradition millénaire. L’entrée de ce nouveau 5 étoiles est libre. Alors une visite – et un drink ! – s’imposent.

COYOTE FAIT « POP » DANS LE MUR

En attendant que Bip-Bip vienne le narguer, le vil Coyote attend, silhouette plaquée sur un mur de la Galerie des Lices, échappé d’un tableau de l’artiste neo pop français, Auguste. Ses œuvres post pop, somme de technique mixte sur aluminium, peinture acrylique et vernis automobile, véhiculent justement tout ce que notre société de consommation produits à la chaîne. Du héros de manga survolté au logo de grandes marques huppées. Mais là où certains montrent les dents, Auguste s’avoue propulsé par une « énergie positive ». Mickey, Goldorak, Dark Vador, Michael Jordan ou le Balloon Dog de Jeff Koons, s’échappent également de ses tableaux pour se pavaner dans le décor. Déjà à l’affiche de nombreuses collections privées de figures sportives et de la jet-set. Qui, comme Grégory et François Chabanian, aiment quand une œuvre se fait indocile et sort du cadre pour faire courir à la vitesse de Bip-Bip le marché de l’art.

Contemporary Art Royalty with Alec Monopoly in Saint-Tropez

Not satisfied with Bel-Air Fine Art offering the biggest contemporary art space on the peninsula, François and Grégory Chabanian are planning to expand their influence through chic happenings and exhibitions in designer hotspots this summer. This season’s line-up kicks off at Bel-Air Fine Art with Alec Monopoly. The renowned American street-artist whose face is always masked draws his inspiration from the dark side of finance, painting the Monopoly Man, Richie Rich and others in an almost obsessive manner. A fun-filled way of condemning the excesses of Wall Street. Alec Monopoly has also personally worked with Madonna, and will be at the gallery in Saint-Tropez for an evening event in late July organised with TAG Heuer. The same space will also showcase cheeky photomosaic works by Joël Moens de Hase, featuring barely-clothed pin-ups. An example of alternative digital art whose titillating aesthetic bursts forward in an explosion of sensual colour. The events from the Bel-Air Fine Art group are rounded off this season by the large-scale sumo sculptures by Alexandra Gestin presented outside the Hotel Kube until October. Entry to the new five-star hotel is free, so why not have a visit – and a drink! You can also head to the Galerie des Lices to see Post-Pop works by Auguste Artiste. Wile E. Coyote, Mickey Mouse, Grendizer characters, Darth Vader, Michael Jordan and Jeff Koons’ Balloon Dog all tumble out of his deconstructed pieces to strut around the walls. You might also find a few of them in the collections owned by sports stars and members of the jet-set!

GALERIE DES LICES

Artistes contemporains peintures et sculptures Ouvert tous les jours Open everyday De 10 h à 13 h 30 et de 16 h à 20 h 30 50 Bd Louis Blanc 83990 Saint-Tropez Tél. + 33 (0)4 94 97 87 19 Cell. + 33 (0)6 22 82 00 87  www.galeriedeslices.com contact@galeriedeslices.com

BEL-AIR FINE ART

Artistes contemporains peintures et sculptures Ouvert tous les jours Open everyday De 10 h à 13 h 30 et de 16 h à 20 h 30 34, Bd Louis Blanc & 13, rue Joseph Quaranta 83990 Saint-Tropez Tél. + 33 (0)4 94 43 71 43 Cell. + 33 (0)6 22 82 00 87  www.belairfineart.com saint-tropez@belairfineart.com

No Comments Yet

Comments are closed