Les enjeux de PAMPELONNE à l’aube d’une nouvelle ère…

Mise en page 1

Le 16 juillet dernier, le conseil municipal de Ramatuelle votait les délégations des lots de plage pour les futures concessions d’une durée de douze ans. Si 70% des anciens exploitants sont encore là, de nouveaux noms sont aussi fort logiquement sortis du chapeau. Tous seront les artisans d’une plage de Pampelonne reconfigurée pour répondre au schéma d’aménagement. PURE donne ici la parole à ceux d’entre eux qui ont voulu s’exprimer et à Monsieur le maire de Ramatuelle Roland Bruno. Voici leur sentiment à l’aube de basculer dans une nouvelle ère qui rejaillit directement sur tous ceux qui ont chéri ce coin de paradis. A commencer par vous, lecteurs et toutes les figures présentes dans ce numéro, qui y sont presque nées !

 

Table rase du passé

Pampelonne demeure un espace naturel remarquable mythique. Ses 4,5 km de côte tant convoités abrite un paysage que le monde entier nous envie… Soixante ans d’une épopée qui a vu défiler la planète, mariant dans un même bain, jet-set, gotha, grands capitaines d’industrie, people en goguette ou simples amateurs d’un site hors norme qui n’a cessé de les aimanter vers la Méditerranée. Alors que 2019 sera l’année où sera fait table rase du passé, les plagistes évaluent à l’aune de leur future destinée cette nouvelle donne qui – forcément – partage… Conserver son lot ou être réduit à devoir faire une croix dessus engendre forcément des réactions contrastées…

Poumon économique de la French Riviera

«  Faire un tel tri peut être positif ou négatif. L’avenir dira lequel des deux prédominera… En tout cas, Pampelonne représente un poumon économique pour la Côte d’Azur. Il y a donc une dynamique et une prestance à conserver », indique pour sa part Maxime Lamon du 1051. S’il a l’avantage de perdurer sur un domaine privé, les trois-quarts du schéma d’aménagement lui sont tout de même imposés. « Il faut se mettre aux normes côté végétation, essences de bois, couleurs, etc. Ce côté environnemental du projet est positif, car il y a eu des abus par le passé et il faut reconnaître que certains établissements avaient bien besoin d’un rafraîchissement », poursuit Maxime.

Le 1051 parmi les pionniers

Atout du 1051, grâce à son concept écolo-chic adopté dès son ouverture, il figure parmi les pionniers de ce Pampelonne « new look ». « Nous travaillons depuis fin 2015 sur ce projet pour être dans les clous ! Nous faisons partie de ceux qui ouvriront à l’année. Il y a le potentiel. Pour peu que l’on pratique des tarifs raisonnables à destination des locaux qui nous font vivre sur cette période», concède Maxime qui estime au final préserver son âme dans cette affaire, même si des interrogations l’interpellent…

Le mythe revisité…

«  Réhabiliter c’est bien, mais je crains tout de même une uniformisation des styles… Il faut préserver des offres variées. Voilà ce que l’on va peut-être perdre… Et puis comment vont réagir nos habitués ? J’ai peur que cette nouvelle configuration attire une autre clientèle… Tout cela sera-t-il à même d’entretenir le mythe ou entrerons-nous dans une version 21e siècle, plus standardisée, du mythe de Pampelonne ? », questionne-t-il sans considérer avoir pour l’heure « assez de matière » pour donner la réponse.

Flambée des prix ?

Il en est un qui lui tranche bien volontiers ! A la tête de Nioulargo, Kaled Khoudhair ne cesse de s’exprimer dans les médias nationaux pour dénoncer l’inanité de l’épilogue ramatuellois. « Dépit et dégoût », sont les deux mots qui reviennent à l’énoncé du verdict municipal de juillet. «Ils veulent l’excellence ! Ça veut dire quoi ? Ne viser que les clients riches et laisser les autres sur la plage publique ? Les snacks vont disparaître et les prix vont flamber. Regardez mon cas. J’ai été battu par l’offre du Byblos qui annonce des « normes palaces ». Le transat sera à 60 euros au lieu de 20 et ils réserveront les places à leur clientèle… C’est ça la diversité ? », alerte-t-il. « Et que dire de cette municipalité qui se battait pour garder l’identité ramatuelloise et qui au final fait entrer des hôtels tropéziens comme le loup dans la bergerie… Je pense aussi à tous ces employés qui sont là depuis vingt ans et se retrouvent au chômage… C’est aberrant. On casse l’âme de Pampelonne !», assène Kaled qui défendit bec et ongle la cause des plagistes sous les couleurs de l’association Cap Pampelonne.

BB scandalisée et triste

Brigitte Bardot dans une récente interview à Paris Match ne dit pas mieux. «  Au début il n’y avait rien. Et puis des plages sont apparues avec le film « Et Dieu… créa la femme ». Chacune était différente, rigolote et non conforme. Il y avait de la joie, c’était le symbole de la liberté. Avec ce projet de réaménagement cette plage va devenir monotone, alors qu’elle était si charmante… C’est dramatique ! Oui, je suis scandalisée et très triste. On est en train de tuer l’âme de Pampelonne. C’est une époque qu’ils vont foutre en l’air. L’argent va tuer cet endroit, comme c’est déjà le cas dans le village de Saint Tropez » , estime-t-elle en défendant les Jumeaux de Jean-Claude Moreu qui a perdu sa plage. Ce dernier reste discret depuis sa démission de l’association des exploitants de plage de Pampelonne. Son successeur, Jacques Naveau, également…

Bagatelle entre inquiétude et colère froide

Du côté de Bagatelle en revanche, c’est la stupéfaction pour Rémi Laba… « Après s’être appuyés sur Bagatelle Beach dans la presse ces deux dernières années en nous citant comme exemple et en faisant de nous l’incarnation du futur de Pampelonne, ils font marche arrière malgré tous les discours tenus aux exploitants, à leurs employés ou encore au public. Nous avons proposé le dossier le plus fort sur nos lots, reposant sur les quatre critères mis en avant dans la consultation, sans doute possible.  Ensuite, une vive inquiétude, pour nos 100 employés dont la décision ne fait aucun cas. Impossible pour eux de garder la foi devant une décision qu’ils trouvent, eux aussi, totalement incompréhensible, et de travailler avec le sourire cette saison. Nous avons travaillé si dur avec eux depuis 6 ans pour redonner l’envie à la clientèle française mais aussi étrangère de revenir à Ramatuelle et de faire rayonner la plage de Pampelonne sur 4 continents à travers tous nos établissements.  Enfin, une colère froide, qui nous intime de nous battre pour tenter de faire réviser ces décisions que, évidemment, nous ne pouvons pas accepter les bras croisés. Même si nous essayons de ne pas écouter tout ce qui se dit, nous souhaitons comprendre ce qu’il s’est passé et aller au bout des choses;  c’est le minimum que nous devons à nos employés et à nos clients.  Entre la TVA, l’URSSAF, la redevance et les impôts, en nous éliminant, la commune et l’Etat s’infligent un manque à gagner potentiel de plus de 40M d’euros et détruisent de nombreux emplois… Où est la bonne gestion des deniers publics ? Où est l’intérêt général ? Bagatelle Beach représente aujourd’hui plus de 25% du Chiffre d’Affaires de la plage de Pampelonne sur le Domaine Public Maritime. Comment peuvent-ils croire que se débarrasser de la plage la plus  plébiscitée peut être bénéfique ? Et surtout comment peuvent-ils faire mine de croire les business plans de certains attributaires, manifestement irréalistes et irréalisables ? Nous pensons, pour finir, à tous nos fournisseurs locaux comme Laurent Primeurs, ou nos partenaires viticulteurs comme Minuty, pour qui le futur semble aujourd’hui bien sombre. Nous les remercions en tous cas pour ces six dernières années de bonheur et de travail. Le futur de Pampelonne, à nos yeux, est triste. Celui d’une plage uniforme ou un architecte est responsable de 7 projets retenus sur 21, avec des matériaux semblables et une palette de couleurs uniformes. Pampelonne va perdre de sa superbe, mais surtout perdre ses ambassadeurs les plus passionnés comme Jean Claude Moreu, Khaled Couderc ou Gilles Magnan, pour ne citer qu’eux, qui ont des établissements de grande qualité et sont appréciés par la clientèle depuis des générations… Que dire aussi de la tristesse que la perspective d’aller déjeuner sur des plages d’hôtels engendre, probablement réservées en priorité à leurs clients… Quid des autres? Et où est la logique lorsque, jusqu’à présent, les  hôtels étaient prescripteurs des plages et non leurs concurrents directs. Je pense que la belle clientèle qui prenait plaisir à venir dans cette belle région va lentement disparaitre pour des destinations concurrentes de plus en plus attractives, où la liberté est encore une réalité! Au fond, j’espère avoir tort et voir Pampelonne prospérer,  car c’est un endroit que nous aimons et qui nous a beaucoup donné et auquel nous avons beaucoup donné… Mais j’ai bien peur que mon analyse se révèle être la bonne », conclut le propriétaire de Bagatelle.

Recours en cascade

Pendant ce temps, des recours sont déposés et le permis de démolir des établissements actuels attaqué, etc. Car les exploitants écartés se disent prêts au marathon juridique pour récupérer le bien d’une vie. Conscients que c’est aussi grâce à leur travail acharné et toute la valeur ajoutée apportée depuis des décennies que Pampelonne est devenu l’eldorado de sable fin dont le filon est désormais convoité par le monde entier.

Roland Bruno, Maire de Ramatuelle à la parole :

“Ramatuelle a relevé le challenge de la plage du XXIe siècle Depuis des décennies, les conseils municipaux de Ramatuelle assument leurs responsabilités vis-à-vis de la plage de Pampelonne : il s’est toujours agi pour nous de concilier la préservation d’une plage naturelle à laquelle les Ramatuellois sont attachés, avec le développement durable d’une économie balnéaire qui, directement ou indirectement, bénéficie à toutes nos entreprises. Au terme d’une procédure longue et complexe de mise en concurrence puis d’attribution des lots de plage pour la période 2019-2030, nos objectifs sont atteints.

A 80% gratuite

La plage de Pampelonne entre en conformité avec le décret plage : 100 % publique, 20 % exploitable, 80 % gratuite. Les bâtiments d’exploitation situés sur le domaine public maritime seront démontables et démontés : la plage sera ainsi entièrement libérée de début novembre à fin février. En période d’exploitation, de mars à octobre, elle sera aussi plus naturelle sans une once de béton. La créativité architecturale autour d’éléments naturels et l’intégration du bâti dans son environnement ayant été excellemment pris en compte par les lauréats. Les architectures seront de très grande qualité et d’une grande variété de formes et de couleurs. Tout un chacun pourra le constater dès l’an prochain.

A l’image de Ramatuelle

A Ramatuelle, nous avons toujours été fiers de rassembler sur notre territoire tous les types d’hébergements. Ramatuelle est la commune dans le Var qui compte le plus de campings à la ferme ; un des plus beaux villages de vacances familiales de la région ; des campings commerciaux réputés; de luxueux meublés, des hôtels haut de gamme, et un des plus beaux palaces de la Côte d’Azur. De la même façon, l’ensemble des lauréats garantissent un service public balnéaire d’une grande qualité, une diversifié en termes d’ambiance et de niveau de prix accessibles à toutes les clientèles. Globalement, notre plage accueillera des établissements à tous les tarifs, et pour tous les publics : tout le monde a droit à une nature préservée.x

Vision à long terme

La plage de Pampelonne pourra désormais accueillir sur l’arrière-plage des restaurants ouverts toute l’année, ce qui dynamisera la commune en hiver et sur les ailes de saisons. Les contrats de douze ans permettront une sécurité pour les exploitants de plage qui auront une vision à long terme. Les lauréats peuvent ainsi investir sereinement dans les installations de haut niveau. De son côté la commune entreprendra la déconstruction des bâtiments existants, l’aménagement des accès, la remise en état de la dune ; la réalisation de nouveaux parkings. Soit un programme sur trois ans. Son financement sera un exemple de coopération entre économie et environnement. Une belle chose pour Ramatuelle qui aura ainsi les moyens de réaliser le schéma d’aménagement qui permettra de préserver Pampelonne, ses dunes et sa flore naturelle menacée.

Plage d’excellence

Les exploitants de plage, qui réalisent leurs bénéfices grâce au domaine public, financeront pour l’essentiel la sauvegarde de la nature sur ce domaine, à travers droits d’entrée et redevances. S’ajouteront à ces recettes, des participations des exploitants de réseaux électrique et téléphonique, pour l’enfouissement des lignes et les redevances de stationnement pour l’aménagement des parkings. En outre, une démarche de demande de subventions est entreprise par la commune auprès du Département, de la Région, de l’Etat et de l’Europe. Je suis persuadé que, dès l’année prochaine et au fil de ces douze prochaines années la commune fera de Pampelonne une plage d’excellence en matière de tourisme balnéaire, à la hauteur de notre station classée de tourisme, à la hauteur des enjeux du XXIe siècle, en coopération plus étroite avec ses exploitants dont beaucoup nous sont déjà connus.”

 

Pampelonne 2019-2030, et les bénéficiaires sont…

Sur le secteur de Tahiti :

Tropezina – Tahiti – le 1051 – Moorea.

Secteur de Tamaris:

LOULOU par SAS RAMA: derrière cette identité, le groupe géré par Gilles Malafosse qui exploite à Paris, les restaurants de deux musées, celui du Palais de Tokyo et des Arts déco. Les Palmiers – l’Orangerie.

Sur le secteur des campings: 

Toison d’or, Neptune, Tiki beach et Tiki club.

Secteur de Patch:

Club 55 – Murenes – L’hôtel de Paris – Byblos.

Secteur de l’Epi:

La Réserve – Christophe Artis, à la tête de restaurants-bar-club tels que le Jacopo, le Yeeels – Polynésie.

Secteur Gros-Vallat: 

Cabane Bambou – Indie Beach l’Esquinade – Tropicana.

No Comments Yet

Comments are closed