LES LIEUX SACRÉS DE LA BRAVADE

Mise en page 1

Chaque printemps depuis bien longtemps, les Tropéziens honorent leur Saint, dans deux villes symboliques chères à leur cœur, Pise la cité Toscane qui vit naître et mourir le chevalier Torpes et bien sûr Saint-Tropez, où, le corps du martyr s’échoua le 17 mai 68. Immersion dans les lieux clés de la légende fondatrice de Saint-Tropez à l’origine de la Bravade…

For centuries, the citizens of Saint-Tropez have been celebrating their patron saint each spring in two symbolic and beloved cities: Pisa, the Tuscan city that saw the birth and death of the Knight Torpes, and, of course, Saint-Tropez, where the body of the Christian martyr washed ashore on 17 May of the year 68. Discover the key places of the founding legend of Saint-Tropez from which La Bravade originates…

Pise patrie du chevalier Torpes
Saviez-vous que Caïus Torpetius – notre futur Saint Tropez – était né et mort à Pise ? Fils d’une famille patricienne, brillant officier, le jeune aristocrate est repéré par Néron qui le nomme intendant de son palais. Converti par Saint Paul dont il avait assuré la garde, Torpetius fait une profession de foi solennelle lors d’une fête organisée par l’empereur, lequel ordonne sa mise à mort par décapitation le 29 avril 68. Selon la légende, les fauves se couchent à ses pieds, la colonne à laquelle il est attaché pour être flagellé se brise et tue le bourreau. Le corps est déposé dans une barque en compagnie d’un coq et d’un chien et l’équipage s’échoue sur les rivages du golfe de Saint-Tropez. La tête de Torpetius est conservée et vénérée dans une chapelle qui lui est dédiée à Pise. C’est Louis Marius Sanmartin, le premier Cepoun (gardien des traditions) de Saint-Tropez qui instaure le pèlerinage à Pise en 1955. Depuis chaque année, une cinquantaine de fidèles se rendent en Toscane du 27 au 30 avril, en mémoire de leur Saint Patron. « Ce voyage est marqué par deux temps forts d’une intense ferveur, la messe chantée du 29 avril au matin et celle du soir lorsque les tropéziens embrassent le buste du saint. » résume notre Cepoun Serge Astezan. Vous noterez qu’au cœur du corps de bravade chaque 16, 17 et 18 mai, les pisans, vêtus de rouge, portent le buste de Saint-Tropez sur leurs épaules.

Saint-Tropez scène magique de la Bravade
Torpès le pisan a donné son nom à Saint-Tropez. C’est pourquoi tout naturellement et depuis toujours les tropéziens vénèrent leur saint sur leurs terres. Les sources historiques, d’après les recherches des historiens Laurent Pavlidis et Elisabeth Sauze, révèlent dès le XIe siècle une chapelle « Ecclesia Sancti Torpetis » dédiée au culte de Torpes sur la colline aujourd’hui occupée par la citadelle. « Saint-Tropez est depuis 1558, le lieu où l’on célèbre avec le plus de ferveur le culte du chevalier Torpes. La Bravade représente, quant à elle, la manifestation la plus symbolique de l’attachement des tropéziens à leur passé militaire et leur dévotion à leur saint patron » résume l’historien Laurent Pavlidis. Cette liesse s’exprime dans plusieurs lieux clés.

L’Oustaoù ou la Maison des Bravadeurs
C’est à quelques pas de l’église, au 12 rue du Commandant Guichard, que le Cepoun travaille quotidiennement à la préparation de la bravade, au cœur de son bureau de l’Oustaou. Le calendrier est très précis et l’organisation, bien huilée. Le prologue commence à la fin novembre lorsque La Commission de Maintenance – l’organe exécutif de la Bravade – se réunit pour enregistrer les nouvelles arrivées. Cela ne concerne guère plus de trois hommes, toujours tropéziens, ou fils ou petits-fils de Bravadeurs. La Commission enregistre aussi les changements de compagnies, « en général des Marins qui veulent entrer chez les Mousquetaires ou des Mousquetaires qui veulent devenir Gardes Saints » et certaines modifications de parcours. Quelques jours plus tard, ces décisions sont validées par le Conseil d’Administration qui entérine également les rapports moraux et financiers. C’est également dans ses murs que le Cepoun nomme le Capitaine de ville, le chef des Bravades de l’année, le deuxième dimanche de février. C’est aussi ici que les tropéziens peaufinent les derniers ajustements de leur fête religieuse et militaire : inspection des armes, préparation des bustes qui seront honorés en procession… C’est ici que Le 14 et le 15 mai les épouses, mères et filles de bravadeurs confectionnent les bouquets de fleurs qui seront vendus avant la Messe des Mousquetaires le 17 mai au matin. « Trois mille sont assemblés à l’Oustaou, les trois mille autres par l’équipe de Mme Leone Maria, à Capon » tient à préciser Serge Astézan.

La place de la mairie
C’est dans la « maison communale », que le Capitaine de Ville est élu par le Conseil Municipal, sur la proposition du Cepoun, chaque lundi de Pâques. L’après-midi du 16 mai, sur la place de la mairie, trois moments clés honorent le guide spirituel des tropéziens : la revue militaire des hommes, la remise de la pique (au capitaine de ville par le Maire) et du drapeau (à l’enseigne par le premier adjoint) et la bénédiction des armes. Lors de la Grande Bravade du 17 mai, un geste symbolique particulièrement riche en émotion est orchestré par le petit mousquetaire, fils et petit fils de Bravadeur, qui noue une écharpe rouge autour du buste de Saint-Tropez et l’embrasse, dans le silence recueilli de place de la mairie. A la fin de la Bravade, le 17 mai au soir, la reddition de la Pique et du Drapeau aux autorités civiles est organisée à minuit au pied de l’hôtel de ville. C’est ici encore, que le Corps de Bravade se réunit le lendemain, pour « monter » en procession jusqu’à la chapelle Sainte-Anne.

L’église paroissiale
C’est dans les murs de l’église Notre Dame de l’Assomption de Saint-Tropez qu’est exposée la statue officielle du chevalier Torpes. Chaque 17 du mois à 18h30, les fidèles se retrouvent pour célébrer la messe en l’honneur de leur saint. Le 17 mai au matin, le corps de Bravade, les provençales en costume, les autorités civiles et militaires et les tropéziens sont réunis dans la maison de Dieu pour « La Messe des Mousquetaires ». Les cantiques à la gloire de Saint-Tropez sont chantés par tous et les bouquets confectionnés par les dames de la bravade sont bénis. A la fin de la bravade, Saint Tropez fait son retour en l’église vers minuit, où il reçoit – ultime hommage – un baiser de chaque bravadeur.

La Chapelle Sainte Anne
Le 18 mai, la messe d’action de grâce réunit les bravadeurs dans les murs de la chapelle Sainte Anne. Haut lieu de Saint-Tropez, l’église érigée sur le Mont Pécoulet à partir de 1618, riche de sublimes ex-voto marins, ouvre ses portes lors de dates exceptionnelles dont celle-ci. Ce lieu magique, est un des préférés des tropéziens, notamment lors du grand pique-nique de la bravade partagé en famille à l’ombre des pins et des chênes lièges. Au retour de la chapelle Sainte Anne, les bravadeurs s’arrêtent à la chapelle du couvent appelée aussi « chapelle de Saint-Tropez hors les murs ».
Mais il est un lieu impénétrable où la foi de Saint-Tropez s’exprime avec force chaque jour… Le cœur des Tropéziens et des amoureux du Saint-Tropez authentique et éternel.

THE SACRED PLACES OF LA BRAVADE

Did you know that Caius Torpetius—our future Saint Tropez—was born and died in Pisa? He was the son of a patrician family and a brilliant officer. Emperor Nero noticed the young aristocrat and made him quartermaster of his palace. After his conversion to Christianism by Saint Paul, whom he had guarded, Torpetius professed his faith during a ceremony organized by the emperor. Nero sentenced him to death by decapitation on 29 April 68 for his faith. According to the legend, the beasts sent to devour him lay down at his feet, and the column to which he was attached to be flogged collapsed and killed his executioner. After being decapitated, Torpetius’s body was placed in a boat with a rooster and a dog, and the boat landed on a beach of the Gulf of Saint-Tropez. Torpetius’s head is preserved and venerated in a chapel in Pisa. Each year since 1955, a delegation of about fifty believers have been going on a pilgrimage to Tuscany from 27 to 30 April to honour their patron saint.

Saint-Tropez, the Magic Scene of La Bravade
Saint-Tropez was named after Saint Torpes of Pisa. It is therefore natural that the inhabitants of Saint-Tropez have been worshipping their patron saint ever since. La Bravade is the most symbolic display of affection for their military past and devotion to their patron saint. This jubilant event unfolds in several key places of the city.

L’oustaoù or the House of the Bravadeurs
L’oustaoù, located at 12 rue Commandant Guichard, is a few steps away from the church. Its walls hold the office of the Cepoun (the guardian of traditions), who works daily on the preparations of La Bravade. L’oustaoù also hosts the anointment ceremony of the town captain, who will lead the Bravades of the year, by the Cepoun.

The Town Hall Square
Each Easter Monday, a town captain is elected by the city council, on the proposal of the Cepoun, at the town hall. On the afternoon of 16 May, the town hall square hosts three major events honouring the spiritual guide of the people of Saint-Tropez: a military review, the passing of the pike (from the mayor to the town captain) and of the flag (from the deputy major to the sub-lieutenant), and the blessing of weapons. The Grande Bravade event, held on 17 May, includes a particularly poignant and symbolic scene in the town hall square: a young musketeer (a son or grandson of a bravadeur) ties a red scarf around the neck of Saint Torpes’s bust and gives it a kiss in front of the gathered crowd. At the end of La Bravade, on the evening of 17 May, the pike and the flag are both handed back to the civilian authorities at midnight in front of the town hall, The La Bravade Corps gathers there the next morning to start the procession towards the Saint-Anne chapel.

The Parish Church
The Church of Our Lady of the Assumption of Saint-Tropez shelters and exposes the official statue of the Knight Torpes. On the 17th of each month, at 6:30 pm, believers come together to commemorate the Mass held in their saint’s honour. On the morning of 17 May, the La Bravade Corps, Provençal people in traditional dress, civil and military authorities as well as the citizens of Saint-Tropez gather in the house of God to celebrate “The Mass of the Musketeers.” They all sing hymns to the glory of Saint Tropez and the bouquets made by the ladies of La Bravade are blessed. At the end of La Bravade, the bust of Saint Tropez is brought back to the church around midnight, where it receives a final tribute: a kiss from each bravadeur.

The Sainte-Anne Chapel
On 18 May, a thanksgiving Mass brings together the bravadeurs on the grounds of the Sainte-Anne chapel. This magical site is one of the favourite places of the people of Saint-Tropez, especially for the big family picnic of La Bravade held under the shade of pines and cork oaks. On their way back from the Sainte-Anne chapel, the bravadeurs pay their respect at the convent chapel, also locally known as the “Saint-Tropez beyond the walls” chapel. But there is an impenetrable place where the faith of Saint-Tropez fully expresses itself daily: the heart of the people of Saint-Tropez and of the lovers of this authentic and eternal city.

No Comments Yet

Comments are closed