SAINT-TROPEZ KARL LAGERFELD

Mise en page 1

un  « miracle » qui remonte aux 70’s

Le 19 février dernier Kaiser Karl s’élançait sur un podium aux marches « célestes ». Ce départ à 85 ans laisse forcément un grand vide à Saint-Tropez. Celui que l’on surnommait le « styliste de Chanel à vie » fréquentait assidûment les lieux jusqu’à y implanter une majestueuse boutique à l’entrée du village, une autre en nom propre aux abords de la place des Lices. Sans oublier d’y organiser des événements qui braquaient les projecteurs du monde entier sur « Saint-Tropez, haut lieu de la mode ».

MAISON À LA GLAYE
Il faut dire que l’idylle entre le village et Karl Lagerfeld ne date pas d’hier. « Je viens ici depuis toujours. Je possédais même une maison à la Glaye dans les années soixante-dix. J’ai toujours trouvé l’endroit magique », confiait-il lors d’un entretien sur le port en plein tournage censé imager le « Saint-Tropez éternel ». Avec son regard particulier, il y mettait en scène ses visions peuplées de créatures qui ont forgé la légende du village. A commencer par Brigitte Bardot. « Elle nous a d’ailleurs très gentiment cédé son droit à l’image », se réjouissait-il à l’époque. Le court-métrage baptisé « Remember Now… » allait ouvrir en mai 2010 le grand défilé de sa collection « Croisière ». Avec à la clé privatisations du quai d’honneur et de Sénéquier.

PEINTURE DU CLOCHER
« J’ai dessiné le carton d’invitation pour les 300 invités. Une peinture qui représente le clocher. Jadis de ma maison de la Glaye, je le voyais en me levant. Le symbole de Saint-Tropez. Un repère inaltérable pour moi. Comme la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle pour ceux qui entreprennent le célèbre pèlerinage. Saint-Tropez est un miracle vous savez », s’émerveillait-il le plus sérieusement du monde. Car oui, derrière le rictus impénétrable surmonté de lunettes fumées et les formules cinglantes, se dissimulait un être qui dans le privé se révélait des plus courtois. Aux antipodes du pédantisme que certains lui prêtaient.

PARTIE DE PÉTANQUE INSOLITE
D’ailleurs, en préambule de son défilé dont les tenues 70’s s’inspiraient directement du mythe tropézien, c’est au milieu des badauds de la place des Lices qu’on le retrouvait, boules d’acier siglées Chanel en mains, pour un insolite concours de pétanque où s’alignaient Vanessa Paradis, Diane Kruger ou Georgia May Jagger choisie pour incarner la doublure de B.B. dans son film. L’événement n’était pas un one-shot. En marge de sa présence comme invité d’honneur du 30e Festival de la mode de Hyères, celui qui avait sa villa attitrée à l’année au sein du domaine ramatuellois de La Réserve, avait convié en avril 2015 à un défilé ciné-pop pour inaugurer la boutique Chanel sise au sein de l’ex-hôtel de charme La Mistralée. S’y pressaient son égérie Anna Mouglalis, la princesse Caroline de Monaco ou l’hirsute Sébastien Tellier.

L’ULTIME MAILLON DANS SA CATÉGORIE
Jusqu’à l’été dernier, son élégance s’affichait régulièrement dans le décor, avec par plus de 40° les mitaines de rigueur et la silhouette ceinte dans une chemise au col démesuré. Évoluant impassible, au milieu d’une foule intriguée, l’homme au catogan poudré se qualifiait de « roi solitaire ». « Comme un diamant… », avait-il coutume d’ajouter sans sourciller, mais non sans un teuton second degré. Son éclat devrait encore longtemps guider un milieu dont il était le maillon majeur. Le dernier capable de faire le lien entre l’âge d’or de la couture et l’industrie globalisée du prêt-à-porter contre laquelle Saint-Tropez tente encore de résister…

SAINT-TROPEZ AND KARL LAGERFELD:
A LONG-TIME RELATIONSHIP
This year, on 19 February, the ‘Kaiser’ has walked his last runway up to the sky. Karl Lagerfeld’s death, at age 85, has left a great void in Saint-Tropez. The one also known as ‘Chanel’s fashion designer for life’ was a regular visitor to the city. He established a majestic shop at the entrance of Saint-Tropez, as well as a pop-up store named after him near Place des Lices. The designer also hosted events such as the Croisière Collection fashion show, which put Saint-Tropez in the spotlight as ‘a fashion hotspot’.

Karl Lagerfeld has had a long-time relationship with Saint-Tropez. He explained it once during an interview by the dock. ‘I’ve been coming here since forever. I even owned a house in the Glaye in the seventies. I’ve always found that place magical. From that house, I could see the bell tower, the symbol of Saint-Tropez. It is an immutable benchmark for me, just as the cathedral of Santiago de Compostela is for those who undertake the famous pilgrimage.’ And with a serious tone and marvel at the same time, the designer added: ‘Saint-Tropez is a miracle, you know.’

Until last summer, his elegant silhouette was sliding down the streets of Saint-Tropez. He would appear impassible to the eyes of an intrigued crowd. The man with his signature powdered-white ponytail and dark suit used to call himself a ‘lonely king … like a diamond’, he would add without flinching. His brilliance will continue to shine on the fashion industry, a world in which he was a key figure. He was the last one able to make the link between the golden age for haute couture and the globalised, ready-to-wear industry against which Saint-Tropez is still trying to resist…

No Comments Yet

Comments are closed