MONSIEUR Z

Monsieur Z héros vintage-pop à Saint-Tropez
Monsieur Z, a Vintage-Pop Hero in Saint-Tropez

Ses illustrations font le tour de la planète. Après avoir donné son identité visuelle au Musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez, le Varois d’adoption signe la couverture de notre numéro estival. Rencontre et repères.Son nom il le signe d’un Z qui veut dire Zielenkiewicz. Richard Zielenkiewicz, alias Monsieur Z. C’est de son pied-à-terre de Carqueiranne que ce quinqua à voix de jeune homme déroule la pelote d’une destinée passée à dessiner. Pour la publicité, l’animation ou encore la presse, comme il le prouve encore avec cette élégante silhouette épurée, idéal féminin, aux allures de Gruau moderne, qui parade en Une de votre magazine.

COMME GUY DEGRENNE
Ses racines ? La campagne. Grandi, préservé, loin des grands ensemble, entre Royans, Limoges et le Sud-Ouest, il baigne dans un environnement parsemé des croquis post-moderne d’un papa architecte. Mais la référence qui guide les crayons du petit Richard, ce sont alors les cartoons Hanna-Barbera.
« J’étais un peu comme Guy Degrenne. Le dessin il n’y avait que ça qui comptait, à une époque où la bande-dessinée était loin d’être une activité louable pour la société ! », sourit cet ex-élève de l’école Estienne des arts graphiques.
Il débute finalement par la communication et la pub où il aiguise ses talents sur les budgets poids-lourds de grosses campagnes nationales. «J’ai démarré comme directeur artistique junior chez RSCG cofondé par Jacques Séguéla. Un personnage étonnant !», se souvient-il.
Une école parfaite pour «savoir se vendre» – «Aujourd’hui encore, ce que je fais est un miroir. Les gens aiment se contempler dans mes images et je sais saisir leurs attentes », dit-il – mais qu’il finira par quitter pour se lancer illustrateur en solo. Et finir par vivre dans le Var en 2006, où il a depuis des lustres ses habitudes estivales avec femme et enfants.

L’AVENTURE “FRENCH RIVIERA”
« Au début des années 2000, je collabore à Wallpaper qui est LE magazine hype de référence dans le monde. ça m’ouvre sur la planète. J’ai un agent à New-York, au Japon, etc. Le téléphone sonne tout le temps. Je crée aussi deux dessins animés Jet Groove et Ratz (doublé par Eric et Ramzy), mais le chic, lui, passe de mode. On est catalogué bling-bling et je traverse une période de creux…», raconte-t-il.
Elle sera brève ! Passé un ambitieux projet de long-métrage d’animation avec Studio Canal et les Armateurs – French Riviera – qui capotera, Monsieur Z revient même encore plus fort en se recentrant sur une identité vintage qui depuis grise toutes les villes du sud qui lui confient leur identité visuelle.
« Je me suis relancé en dessinant les paysages autour de chez moi comme Pampelonne, Saint-Tropez, Saint-Raphaël, Cannes ou Les îles d’or. J’ai posté sur les réseaux sociaux et ça a redécollé!… J’ai toujours eu cette façon de piocher dans l’héritage collectif pour le remixer à ma manière. Je suis juste passé de la modernité à quelque chose de plus accessible ».

LE GENDARME VERSION DESSIN-ANIMÉ
Au point de devenir ultra-populaire, au bon sens du terme.
Le travail sur le musée de la Gendarmerie et les caricatures du Gendarme plaisent tellement à la famille De Funès, que la réussite donne des ailes à Monsieur Z.
« J’ai eu l’ idée de faire un Louis de Funès en dessin-animé long-métrage qui s’appellerait « Saint-Tropez ». Une animation pour toutes les générations, avec la voix de De Funès reconstituée. Et là encore, personne n’a voulu investir dans ce projet de comédie grand public… », conte-t-il à regret, mais en rigolant, leader d’un courant qui a le vent en poupe comme jamais.
L’ILLUSTRATION EN “ FORCE ”
« Le marché de l’illustration – rebaptisé « Narrative art »- est en pleine expansion. Des gens comme Edward Hopper ou Warhol étaient illustrateurs à l’origine. Même George Lucas, père de la saga Star Wars, monte un musée qui va être dédié à l’illustration ! », conclut Richard après ce panorama biographique de A à Z.
Avec la promesse d’un passage tropézien cet été. Histoire de colorer son imaginaire de quelques autres images vintage-pop balnéaires. Et universelles.

His illustrations travel around the world. After giving his visual identity to the Musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez (Gendarmerie and Cinema Museum), the Varois-based artist has illustrated the cover of our summer issue.
He signs his name with a ‘Z’, a ‘Z’ that stands for Zielenkiewicz. But Richard Zielenkiewicz is known by his artist name: Monsieur Z.
Growing up, Richard’s graphic references were the Hanna-Barbera cartoons. He then started his career in communication and advertising before becoming an illustrator with a retro-chic signature of his own.‘At the beginning of the 2000s, I collaborated with Wallpaper, which is THE hype magazine known worldwide as a reference. It gave me access to the international scene. I have an agent in New York City, in Japan, etc. The phone never stops ringing,’ says the artist. After an ambitious animated feature film project in the United States entitled French Riviera, which was a complete flop, Monsieur Z came back even stronger by refocusing on a vintage identity. All the cities of southern France have been seduced by his style and have entrusted him with their visual identity.
‘The illustration market—renamed “Narrative art”—is booming. People like Edward Hopper or Warhol were originally illustrators. Even George Lucas, father of the Star Wars saga, is setting up a museum that will be dedicated to illustration!’, concludes Monsieur Z, the leading artist of a highly popular movement.

No Comments Yet

Comments are closed